10 jours
Durée du Voyage
Circuit accompagné
Circuit accompagné
hôtel de charme
Hôtel de charme
Facile
Niveau
à partir de 850 euro
Prix

 

Trois merveilles et mille autres en une boucle 

Ce programme a la particularité unique de combiner un séjour découverte d’Istanbul qui fut Constantinople et Byzance, au bord de la mer de Marmara, du Bosphore et au débouché de la Corne d’Or.

Puis d’un séjour découverte d’une des plus vieilles et typiques ville de Turquie, Safranbolu, également classée par l’UNESCO au patrimoine mondial, découverte agrémentée de deux randonnées magnifiques et d’une journée au bord de la mer Noire.

Et, pour finir, un séjour en Cappadoce, elle aussi classée patrimoine mondial par l’UNESCO, avec des randonnées au milieu de paysages de toute beauté recelant des trésors de l’époque byzantine (fresques, mosaïques, …).

Les merveilles naturelles, historiques et culturelles  d’Istanbul/Constantinople/Byzance. Les témoignages d’une histoire exceptionnelle sur plus de 2000 ans. (3 nuits à Istanbul)

→ Les merveilles naturelles, historiques et culturelles de Safranbolu et des rivages de la mer Noire. 2 randonnées  dans une nature superbe à 900 m d’altitude. (3 nuits à Safranbolu). Randonnée inoubliables à Safranbolu.

→ Les merveilles de la Cappadoce au cours de randonnées inoubliables dans la nature pétrie d’histoire byzantine et ottomane. (3 nuits en Cappadoce).

TROIS merveilles et mille autres en une boucle 

 

Jour 1: İstanbul

Accueil à votre arrivée à l’aéroport d’Istanbul et transfert à votre hôtel pour 3 nuits. Passage à la banque pour changer vos euros en Livres turques (à peu de choses près, 1 Euro vaut aujourd’hui 10 T. L. Turkish Lira).

Jour 2 : BYZANCE,CONSTANTİNOPLE,İSTANBUL : UN CONCENTRE DE 2000 ANS D’ HİSTOİRE.
Transfert à l’aéreport et envol pour İstanbul. Transfert à l’hôtel.
C’est à pied, partis comme pour une randonnée à travers l’Histoire,que nous commençons notre visite  depuis notre hôtel situé dans le centre historique. Nous faisons la visite conjointe de Byzance, de Constantinople et de la contemporaine İstanbul.
Durant l’Empire Romain (de – 27 à 395), les plus importants évènements politiques de BYZANCE se déroulèrent sur la Place de l’Hippodrome (édifiée par Septime Sévère en l’an 203), parsemée de trophées de victoires. Fêtes et drames des ères romaine (jusqu’en 324) et byzantine (jusqu’en 1453) et même ottomane, s’y déroulèrent, au coeur même de la cité.
Nous entrerons à deux pas de là dans la Mosquée Bleue (ou mosquée du sultan Hamet), entourée de ses 6 minarets, construite en 1615, pour célébrer la victoire des armées de l’islam sur les Byzantins. C’est un élève du grand architecte Sinan qui décida de son volume, de ses dômes étagés, de ses 20.000 carreaux de faience bleue, le tout dans des jardins de cyprès, d’oeillets et de tulipes.
Une place à traverser et nous entrerons dans SAİNTE SOPHİE.

Justinien, le successeur de l’empereur romain Constantin, décida de se faire construire en l’an 535 une église plus grande et plus somptueuse que le temple de Salomon à Jérusalem, et digne de la ”Nouvelle Rome”. İl fit démembrer les temples de Delphes, d’Athènes et d’Ephèse (dont l’Artémission, l’une des 7 merveilles du monde antique) et utilisa colonnes, plaques de marbre et autres matériaux précieux pour édifier sous une étonnante prouesse architecturale (l’immense coupole, restée longtemps inégalée) sa basilique, monument emblématique d’İstanbul. Un grand moment de notre visite…

Nous apprécierons la frâicheur du ”château byzantin englouti”, qui se trouve à deux minutes de Ste Sophie. Le même empereur romain Justinien, submergé de colonnes et de piliers pillés dans les temples de l’ancien empire grec, a fait également et dans le même temps construire cette gigantesque citerne souterraine avec ces matériaux disparates. Nous y verrons d’étonnantes et gigantesques têtes de Méduse se mirant dans une eau limpide…

İstanbul étant bâtie sur 7 collines, nous descendons plein sud vers le bord de la Mer de Marmara. En traversant un quartier populaire et typique nous pouvons visiter la Petite Sainte-Sophie, également fondée sous Justinien.

Ce grand bâtisseur de si nombreuses églises fut également l’ordonnateur sinistre du massacre de 30.000 de ses sujets sur la Place de l’Hippodrome, lors de la révolte de Nika, en 532. Nuit à l’hôtel.

Jour 3 :  LE PALAİS DE TOPKAPİ, le Marché aux Epices et le Grand Bazar.

A pied depuis notre hôtel nous repassons devant Sainte-Sophie pour entrer dans le PALAİS DE TOPKAPİ, l’ancienne résidence des sultans ottomans. Cet immense domaine est constitué de jardins,de bâtiments impressionnants édifiés au cours des siècles,de kiosques et de pavillons, de salles d’aparat aux riches décorations, de collections de trésors de toutes sortes (bijoux, vêtements, reliques, porcelaines,mobiliers,…), de fontaines et de statues, d’arbres séculaires et de pelouses fleuries: un immense et surprenant domaine situé au dessus de l’entrée du Bosphore.
  
 Le harem fera rêver certains, alors que d’autres blêmiront devant les joyaux entassés comme en vrac dans des salles à peine gardées. Certains apprécieront de saluer quelques poils de la barbe du Prophete Mahomet,ou son manteau qui voisine avec le bâton que Moise utilisa pour ouvrir la Mer Rouge, ou quelques ossements ayant appartenu à saint Jean-Baptiste. Vêtements brodés, soies et procelaines de Chine, salle du Divan d’où l’Empire ottoman était administré… Visite débordant de curiosités et de fortes images-souvenirs…
 
 De TOPKAPİ, descendre et longer le Bosphore vers le pont enjambant la Corne d’Or, pour parvenir au MARCHE EGYPTİEN ou MARCHE AUX EPİCES, en face de la Corne d’Or. Profusion de parfums et de couleurs.

Nous pouvons alors remonter vers Ste Sophie et nous diriger à droite vers le Grand Bazar véritable caverne d’Ali Baba où chacun pourra dénicher le cadeau et le souvenir de ses rêves.
 

Jour 4: İstanbul – Dingil -Safranbulu

Nous ferons aujourd’hui 5 heures de route suivies d’une heure et demie de randonnée agrémentée d’une baignade en rivière près de Safranbolu. A cet effet, prévoyez de conserver près de vous, dans l’habitacle du minibus (et non dans la soute à bagages) vos chaussettes et chaussures de randonnées, votre maillot de bain et une serviette de bain.

       Après le petit déjeuner à l’hôtel à Istanbul et après avoir embarqué nos bagages dans le minibus (sauf les chaussettes et chaussures de randonnées, ainsi que les maillots et serviettes de bain, à prendre avec vous près de votre siège dans le minibus) nous avons 6 heures de route vers l’Est. Nous déjeunerons en cours de route.

En vue de Safranbolu, au village de DINGIL, le minibus nous amène au départ de la randonnée d’environ 6 kilomètres (comptons une heure et demie de marche, plus le temps de la baignade, plus celui de la visite des bains turcs du village de Bulak). Prenez votre bouteille d’eau, mais vous rencontrerez 2 sources sur le parcours.

Quelques minutes de piste de terre en descente, puis le sentier toujours en descente jusqu’à la rivière de Dingil : magnifique point de vue sur une nature préservée, ses forêts et les falaises impressionnantes de son profond canyon.

Le seul point de baignade de ce parcours est vite atteint. Il s’agit d’une vasque agrémentée de cascades et de rochers ressemblant à de vastes toboggans naturels. Bonne baignade !

Nous reprenons le sentier à la montée pour atteindre une courbe de niveau à mi-pente, que nous suivons sur près de 2 kilomètres jusqu’au village de BULAK.

Visite des bains turcs datant de l’époque ottomanes (ils ont 400 ans) que ce village a heureusement conservés intacts et équipés aux normes d’hygiène actuelles. Ces bains sont en marbre et bois, et une séance de bains turcs avec massage reste un agréable souvenir marquant de votre séjour en Turquie. Il y a également de tels établissements à Safranbolu et en Cappadoce : à vous de choisir où vous aimeriez vous en offrir une soirée après la rando.Après la visite des bains turcs du village de Bulak, reprise de la randonnée sur 3 kilomètres de sentier (moins d’une heure) pour retrouver notre minibus qui nous attend pour nous amener en un quart d’heure de route à notre hôtel de charme à Safranbolu (un ancien konak). Installation dans les chambres, et rendez-vous pour le dîner au restaurant à Safranbolu.

Présentation de Safranbolu :

A près de 800 mètres d’altitude (756 exactement en moyenne), le vieux Safranbolu tenait une position stratégique à moins de 100 kilomètres de la mer Noire et le plus ancien Safranbolu connu date de l’époque des Hittites au XIIIème siècle avant J. C.

Durant l’empire byzantin (IV-XVème s.) puis ottoman (1453 – 1923), les caravansérails (‘’palais des caravanes’’) de Safranbolu accueillaient pour l’étape des diverses routes commerciales les caravanes de mules, de chevaux, de dromadaires, transportant vers l’Occident les richesses de l’Orient (soieries, épices, parfums, orfèvreries, etc.). La ville étape s’est alors considérablement enrichie et en plus des caravansérails pour les voyageurs, de nombreuses grandes maisons de maîtres ou vastes et luxueux hôtels particuliers (appelés ‘’konaks’’) ont été construits à Safranbolu et dans ses environs. Ces impressionnantes et majestueuses bâtisses de pierre, de pisé, avec colombages en bois et décrochements des baies en étages, parcs et jardins fleuris autour de fontaines, indiquaient le haut niveau de  la richesse locale. Une grande partie, transmise en héritage, a pu être sauvée, restaurée et est encore utilisée, ces ‘’konaks’’ ayant souvent été convertis en hôtels confortables au milieu de leurs parcs de verdure, jardins et roseraies. L’altitude (800 m) de Safranbolu en fait un endroit idéal pour être bien toute l’année : ni trop chaud ni trop froid.

L’UNESCO a consacré cette très jolie ville de SAFRANBOLU au patrimoine mondial en 1994. Chaque soir, nous flânerons à notre gré dans les ruelles pittoresques de cette ville-musée au riche patrimoine traditionnel.

  Le nom de ‘’Safranbolu’’ ou ‘’plein de safran’’ est dû aux importants entrepôts puis cultures de cette épice rare apportée du Moyen-Orient par les caravanes à l’époque byzantine puis, après 1453, durant l’empire ottoman. Le safran, la plus chère des épices, n’est pas originaire d’ici, mais du Moyen-Orient, de l’Iran et des contrées voisines. Les bulbes de crocus (vous pouvez en acheter sur place à 5 euros pièce) sont plantés fin août; les tiges sortent de terre à partir de fin octobre et les fleurs de crocus s’épanouissent jusqu’à leur cueillette en novembre. Après séchage, les fleurs de crocus livrent leurs stigmates (longs filaments) qui prennent le nom de ‘’safran’’ pour parfumer et colorer les plats les plus fins. Il faut 70.000 fleurs de crocus pour obtenir 100 grammes de safran.

La mer Noire se trouve à 80 kilomètres de Safranbolu. Nous passerons la dernière journée de notre étape à Safranbolu (le jour 6) à visiter le petit port de pêcheurs d’AMASRA et ses environs et à nous baigner dans une crique sauvage gagnée en bateau privé qui nous y mènera.

Jour 5 : Pont de Melagöz- Village de Düzce – Canyon de Degirmen

Après le petit déjeuner, départ pour la journée de randonnée à l’est de Safranbolu. Il s’agit d’une randonnée d’environ 18 kilomètres, comptée pour 6 heures de marche et environ 250 mètres de dénivelé entre 800 et 900 mètres d’altitude. Avec baignade possible moins d’une heure après le départ et une autre en cours d’après-midi (apporter maillot et serviette). Pique-nique en cours de route près du village de Düzce, face à un panorama ouvert à perte de vue. Transfert d’un quart d’heure en minibus entre l’hôtel et le point de départ de la rando. Nous empruntons la très ancienne route des caravanes arrivant de l’Orient sur Safranbolu : une piste taillée dans le roc et empierrée à l’époque byzantine puis utilisée durant toute l’époque ottomane. Elle domine en crête un vaste canyon arboré au fond duquel coule la rivière sur laquelle un pont dit “romain” mais en réalité byzantin a été construit. Possibilité de se baigner dans une vasque à proximité du pont de Malagöz.

Après la baignade, dans une progression hors sentier mais facile sur le roc et dans la garrigue, nous longeons l’autre versant du canyon. Puis, tournant le dos au canyon, nous obliquons vers le sud pour traverser le village de fermes de Düzce, dont la spécialité, en plus des céréales, est la noix : nombreux vergers de noyers sur notre parcours. Belles et typiques demeures de l’époque ottomane, en pisé avec colombages et encorbellements de bois. Descente depuis Düzce jusqu’à l’endroit du pique-nique face à un panorama ouvert à 180°. Pique-nique.

La descente reprend alors durant environ une heure et demie, en longeant la crête d’une vallée aux falaises profondes, jusqu’à retrouver la rivière. Celle-ci a entaillé la falaise d’un étroit et profond canyon et y a sculpté des “marmites” très curieuses. Nous empruntons un spectaculaire sentier se faufilant dans ce canyon et permettant si l’on veut une seconde baignade.

Après avoir passé un pont datant de l’époque byzantine (et également appelé “pont romain”) nous débouchons dans la cour d’un ancien et vaste moulin aujourd’hui transformé en agréable restaurant et café de bord de l’eau, au lieu-dit de Degirmen. Halte reposante et désaltérante au-dessus de la rivière. Bonne surprise : notre minibus nous y attend pour nous ramener à notre hôtel à Safranbolu ! Rendez-vous pour le dîner au restaurant en ville et flâneries dans les ruelles de cette ville-musée.

Jour 6 : L’ancien port de pêcheurs d’Amasra

Après le petit-déjeuner à l’hôtel, et munis des maillots et serviettes de bain, embarquement dans le minibus pour parcourir les 90 kilomètres nous séparant de l’ancien port de pêcheurs d’AMASRA au bord de la mer Noire. La route est belle dans la forêt de résineux et passe un col à près de 1100 mètres d’altitude avant de redescendre au niveau de la mer.

AMASRA a connu des époques fastes et a conservé des murailles, des vestiges de château, des portes monumentales, et des églises de son époque byzantine. L’époque ottomane a laissé à l’abandon ces traces de populations “grecques” et Amasra est devenu un joli petit port de pêche jusqu’à ces dernières années. Les anciens pêcheurs se sont reconvertis dans le tourisme, les immeubles ont encerclé l’ancien petit port, et le charme est rompu. Mais, après une rapide visite des vestiges historiques, nous embarquons dans un bateau privé qui nous emmène dans une crique sauvage où nous pique-niquerons après et avant les baignades dans une eau transparente et plus qu’agréable. Et pourtant appelée “la mer Noire”.

La mer Noire est-elle aussi noire que son nom semble l’indiquer ? Non, et bien au contraire ! Il s’agit d’une mer au bleu intense et au vert transparent, une mer magnifique dans laquelle vous aurez grand plaisir à vous baigner. Alors, pourquoi “noire” ?

Lorsque les armées islamo-turques, seldjoukides et ottomanes, ont conquis le pays sur les Byzantins, à partir du XIIème siècle, les Turcs ont nommé les  territoires conquis à partir de leurs coutumes et connaissances géographiques. Ainsi ils ne disent pas “Sud” mais “Blanc” (la couleur de la partie la plus illuminée par le soleil) comme ils ne disent pas “Nord” mais “Noir” (lorsque le soleil n’illumine plus cette direction opposée au Sud). La mer que nous appelons “Méditerranée” est appelée en turc “Ak deniz”, “la mer Blanche” ou “mer du Sud” parce qu’elle se situe au Sud de la Turquie, alors qu’elle n’est évidemment pas de couleur blanche ! Et la mer du Nord de la Turquie a logiquement reçu le nom de “mer du Nord”, ou “Kara deniz”, que nous traduisons par “mer Noire”. Elle est en réalité du plus beau bleu et du plus beau vert. Bonne baignade et bonne bronzette !

Puis retour en bateau à Amasra et retour en minibus à Safranbolu pour la dernière soirée dans cette ville attachante. Rendez-vous pour le dîner qui sera pris dans un restaurant de la ville.

 Jour 7: Safranbolu – Cappadoce – Vilage de Çavuşin – Vignes de Paşabağ

Après le petit-déjeuner, embarquement des bagages dans le minibus pour faire la route qui nous amènera en Cappadoce par Ankara, la capitale de la Turquie. Il y a 230 kilomètres entre Safranbolu et Ankara (environ 2 h et demie de route). Et 290 kilomètres entre Ankara et l’hôtel en Cappadoce (environ 3 h). Déjeuner en cours de route. Arrivée en Cappadoce et randonnée en direction de Cavusin, un des centres importants du christianisme dès le IIIe siècle. L’église St Jean-Baptiste, qui se dresse au milieu d’un gruyère d’habitations troglodytiques, vaut le détour pour son architecture. Notre marche continue à travers les cheminées de fée des Pasabag. Accueil et installation à l’hôtel pour 3 nuits.

Jour 8 : La vallée Blanche – Uçhisar – vallée de Güvercinlik
Randonnée jusqu’au village d’Uçhisar par la vallée Blanche. C’est une ample vallée dominée par d’énormes cheminées de fée où le tuf est d’un beau blanc parfois taché de soufre. Les cultures se nichent sur de petites terrasses abritées au pied des murailles. Jadis très peuplées, les habitations troglodytiques de la vallée servent maintenant de remises ou d’écuries ; ces hameaux de demoiselles coiffés, dont les anciennes portes et fenêtres sculptées dans le tuf s’ouvrent sur des pièces d’habitation aujourd’hui désertes, prêtent une vie étrange à ces lieux sereins. Visite de la forteresse (masse de tuf volcanique) dressée sur un promontoire rocheux qui domine presque toutes les vallées de la Cappadoce. Après un pique-nique à l’ombre des arbres fruitiers, nous poursuivons la découverte des paysages lunaires de la Cappadoce. Puis dans l’après-midi nous poursuivons notre randonnée dans la vallée de Güvercinlik (vallée des pigeonniers), qui nous conduit au célèbre village d’Avcilar.  5h de marche. Transfert: 15mnt.

Jour 9: Vallée de Gömede et ses cheminées de fée – Kepez et Sarica (églises) – Vallée de Kizilçukur (vallée rouge)
Transfert en minibus pour la vallée de Gömede (10mn). Randonnée dans la vallée de Pancarlik avec ses pics, vallons, pénitents et cheminées de fée innombrables. Visite des églises de Kepez et de Sarica du Xe et XIIe siècles, se dressant dans la nature comme pour faire face au temps. Pique-nique dans la vallée. Notre randonnée se poursuit dans la vallée de Kizilçukur (vallée Rouge) qui doit son nom aux belles couleurs rouge et rose. Vous apercevrez ici le résultat féerique du travail, durant des millions d’années, de l’érosion par le vent et la pluie sur une roche volcanique tendre. L’ingéniosité de l’homme y a ajouté une touche particulière, par le besoin de s’intégrer dans ce paysage lunaire, les habitations troglodytiques.

Jour 10:  Retour
Transfert à l’aéroport et vol de retour.

Départ RetourDuré du Voyage Prix TTC
11/09/202121/09/202110 Jours850 €
18/09/202128/09/202110 Jours850 €
25/09/202105/10/202110 Jours850 €
02/10/202112/10/202110 Jours850 €
09/10/202119/10/202110 Jours850 €
Notre prix Comprend : Notre prix ne comprend pas :
Tous les transports et tous les transferts en bus

Un guide spécialiste parlant français.

Tous les repas sauf à İstanbul.

Portage des bagages en véhicule.

L’hébergement: Hôtel de bonne catégorie à İstanbul *** hôtel de charme en Cappadoce et à Safranbolu.

Piques-niques pendant les randonnées.

Les entrées dans les musées et sites historiques.

Les extras personnels et les boissons.

Le vols intérieurs et les vols internationaux.

Les repas à İstanbul.

TROIS merveilles et mille autres en une boucle de 10 jours
TROIS merveilles et mille autres en une boucle de 10 jours
TROIS merveilles et mille autres en une boucle de 10 jours

Avis sur le tour

Il n'y a pas encore de critiques.

Laisser un commentaire

Évaluation